x

x

jeudi, juillet 31, 2014

Dans la série "Mes arbres"


Grâce à Miss Yves et à ses arbres et à  Jules Renard et  sa famille d'arbres,
 voici : 
Les bouleaux :


Josette a dit que les arbres nous parlaient. Je suis donc allée voir mes bouleaux s'ils avaient quelque chose à me dire, je les ai écoutés :

 voyez plutôt
click !
§

mercredi, juillet 30, 2014

melons

Depuis trois ou quatre années de culture de choux de Bruxelles, nous avons abandonnés ce légume dont raffole pourtant mon Chéri. Je passais trop de temps à éplucher une seule passoire pleine pour avoir à jeter plus d' épluchures  que ce que je faisais cuire de choux. De plus ils étaient bien petits. Un hiver suite à une nuit de fort gel, à part une première passoire récoltée, tout le reste a gelé.
L'été dernier, j'avais conservé des graines de melons charentais que j'avais trouvés excellents. Je les ai fait germer et nous en avons planté 4 pieds.


Il y a quelques jours, j'en ai compté une demie douzaine et la planche  est plein de petits melons et de fleurs.
Le melon est bon sucré, salé, en sorbet, en confiture, et avec une chiffonnade de jambon, soit d'Italie, soit d'Espagne, de Bayonne ou de Vendée.

A DEMAIN !

lundi, juillet 28, 2014

petit escargot deviendra...

GRAND

L'autre matin en préparant mes poivrons farcis, un minuscule escargot se promenait avec lenteur sur le bord de mon évier. Il n'était pas plus gros que le quart du bout de mon petit doigt. Sa coquille était transparente et son corps aussi. Il avait de grande cornes qu'il bougeait dans tous les sens.


Il glissait sur de grandes gouttes d'eau et avait l'air de délecter de cette humidité. J'avais deux solutions :
soit je le faisais disparaître dans la bomde de mon évier, soir je le sauvais d'une mort certaine. Aussi je l'ai pris avec délicatesse avec mes dix doigts. Il se demandait bien ce qui allait lui arriver, car il dressa sur mon index son petit corps et  ses cornes bien hautes.
Je l'ai posé aussi délicatement dans la rosée du matin de l'herbe du jardin.


A DEMAIN !

samedi, juillet 26, 2014

Belle enveloppe et jolie carte

Les Pionniers de l'Alpinisme - Traversée de la cascade du Nant-Blanc en 1900

Quand je serai fatigué
De sourire à ces gens qui m'écrasent
Quand je serai fatigué
De leur dire toujours les mêmes phrases
Quand leurs mots voleront en éclats
Quand il n'y aura plus que des murs en face de moi
J'irai dormir chez la dame de Haute-Savoie

Quand je serai fatigué
D'avancer dans les brumes d'un rêve
Quand je serai fatigué
D'un métier où tu marches où tu crèves

Lorsque demain ne m'apportera
Que les cris inhumains d'une meute aux abois
J'irai dormir chez la dame de Haute-Savoie

Y'a des étoiles qui courent
Dans la neige autour
De son chalet de bois
Y'a des guirlandes qui pendent du toit

Et la nuit descend
Sur les sapins blancs
Juste quand elle frappe des doigts

Quand j'aurai tout donné
Tout écrit, quand je n'aurai plus ma place
Au lieu de me jeter
Sur le premier Jésus-Christ qui passe

Je prendrai ma guitare avec moi
Et peut-être mon chien
S'il est encore là
Et j'irai dormir chez la dame de Haute-Savoie

vendredi, juillet 25, 2014

le ciel du vendredi



Il y a des matins d'été où le ciel n'est pas très engageant pour passer une belle journée. Là, le soleil se fait rattraper par les nuages.

Là, il aura bien du mal à percer

Quant à celui-là, on en aura pour la journée

Le soir, le ciel est électrique.

jeudi, juillet 24, 2014

poivrons



Ce sont les tous premiers. Cela faisait bien deux, voire trois ans que nos poivrons ne donnaient rien, cette année, ils semblent se bien porter.


Avec de la farce à tomates et un peu de veau haché que j'ai fait précuire, ainsi que le jus de tomates aromatisé de l'année dernière, j'ai préparé des poivrons farcis. La touche finale, deux bonnes cuillères à soupe de crème fraîche.

Je ne pourrai pas passer chez vous toutes et tous ce matin, j'ai un tas de choses à faire en ville.
Peut-être à demain matin, ce qui est moins sûr, vu que c'est à la fraîche que je peux peindre en extérieur, en l’occurrence la grille de la petite fenêtre de l'entrée.

mercredi, juillet 23, 2014

le chat


I
Le mien ne mange pas les souris ; il n'aime pas ça. Il n'en attrape que pour jouer avec. Quand il a bien joué, il lui fait grâce de la vie, et il va rêver ailleurs, l'innocent, assis dans la boucle de sa queue, la tête bien fermée comme un poings.
Mais à cause des griffes, la souris des morte.


II
On lui dit : "Prends les souris et laisse les oiseaux !"
C'est bien subtil, et le chat le plus fin quelquefois se trompe.

Jules Renard