x

x

mardi, septembre 25, 2007

Calvaire en péril !

Au coin de ma route, à la croisée d'une autre, il y a ce Calvaire.
Je ne suis pas particulièrement croyante, mais je ne supporte pas que l'on puisse laisser un Calvaire...

dans cet état là ! Il fut blanc de peinture, mais il ya longtemps qu'il n'a pas eu un coup de pinceau. Son état général me fait craindre qu'un jour il ne tombe.


Quand on regarde bien sa base (on voit le jour entre le bois et la ferrure du côté droit), on se demande comment il tient encore debout par grand vent. Peut-être que l'opération du Saint-Esprit y est pour quelque chose !
Je me demande qui a la charge de l'entretien des Calvaires. Le Diosèse, le Département ou la Commune ?
Je vais transmettre mon post au "Petit Castéropode" , gazette internaute locale en invitant son auteur, Guy, à faire passer l'info.
Vous aurez remarqué aussi la jeunesse du panneau de signalisation ! Rouille, quand tu nous tiens !

3 commentaires:

hpy a dit…

C'est un calvaire de ceux qu'on dressait quand il y avait un mort sur la route?
Aujourd'hui on pose un bouquet de fleurs, ou deux, voire plus pendant plus longtemps. Mais ils ne dureront pas le temps qu'aura duré cette croix.

Olivier a dit…

en effet ce calvaire merite un petit relookage.
Merci pour HPY, je ne savais pas qu'il existait plusieurs type de calvaire (enfin plusieurs signification)

Cergie a dit…

Je remarque surtout "CHENU" et c'est approprié pour qualifier ce calvaire.
Les calvaires permettait une halte, on se recueillait, cela ponctuait aussi la route. On arrivait au calvaire, cela voulait dire qu'on avait encore tant à faire.
J'aime bcp les calvaires parce que ce sont des témoins. Il en est de simples, d'autres plus somptueux et je dirais même prétentieux.

Mais aussi maintenant celui là est un témoin que les hommes n'ont plus besoin d'invoquer la grâce divine en laquelle ils ne croient plus...

PS : il y avait trois silhouettes noires, pour trois jeunes gens tués lors d'un accident à mon carrefour. J'ai vu hier qu'elles avaient été abattues. Sans doute vandalisées. Elles ont tenu six ans...