x

x

vendredi, septembre 18, 2009

le ciel du vendredi

Samedi 5 septembre au matin, que vois-je d'un côté de la maison, de la fenêtre de la cuisine devant laquelle, debout, je prends mon p'tit dej' ( breakfast) -un grand verre de jus de pamplemousse et un oeuf dur- la lune.
La lune est là, la lune est là, et mois je la vois bien. Elle est toute pleine, elle me nargue et m'a encore empêchée de bien dormir. Elle m'a fait tirer de mon lit de très bonne heure, à 5heures, étant réveillée depuis 3h50mn, c'est à dire au tout début du début du petit matin.

De l'autre côté de la maison, au coin du garage de mon Chéri, le soleil pointe le bout de son nez, dans un ciel dégagé, ce qui laisse penser que la journée sera belle.

A DEMAIN !

26 commentaires:

Delphinium a dit…

la journée sera belle... d'une façon ou d'une autre. Quand je passe des mauvaises journées, et il y en a beaucoup ces temps-ci, je suis toujours étonnée de voir que la nature est là, veillant sur nous, nous donnant ce qu'elle a de plus beau. Même si la lune nous empêche de dormir, qu'elle est belle. Je t'embrasse ma p'tite Claude

♠ ♠ France a dit…

Et bien profite de ton soleil ici il dort mais je pense qu'il va se montrer oui une envie de jaune ce matin et un peu de doré. La nuit fut pénible donc j'attend la prochaine;
Magnifique tes photos je t'embrasse

claude a dit…

Pour tout vous dire depuis deux trois jours, c'est franchement l'automne, on se croirait même au mois de novembre. Ces photos ont été deux jours avant que mon Papa décède et je n'ai pas pu les montrer avant.
Celles que je montrerai vendredi prochain seront églament décalées.
Mais qu'importe !

Miss_Yves a dit…

Très belle, sans doute, à l'imager de cette photo et de ta vitalité.
Un de mes poèmes (d'enfance )préférés: la ballade à la lune, d'Alfred de Musset.
A l'expo de Coutances, de petits érables du japon étaient en vente

Miss_Yves a dit…

Ballade à la lune

C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?

Es-tu l'oeil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?

N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?

Es-tu, je t'en soupçonne,
Le vieux cadran de fer
Qui sonne
L'heure aux damnés d'enfer ?

Sur ton front qui voyage.
Ce soir ont-ils compté
Quel âge
A leur éternité ?

Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne
Coller sur mes carreaux
Ta corne
À travers les barreaux.

Va, lune moribonde,
Le beau corps de Phébé
La blonde
Dans la mer est tombé.

Tu n'en es que la face
Et déjà, tout ridé,
S'efface
Ton front dépossédé.

Rends-nous la chasseresse,
Blanche, au sein virginal,
Qui presse
Quelque cerf matinal !

Oh ! sous le vert platane
Sous les frais coudriers,
Diane,
Et ses grands lévriers !

Le chevreau noir qui doute,
Pendu sur un rocher,
L'écoute,
L'écoute s'approcher.

Et, suivant leurs curées,
Par les vaux, par les blés,
Les prées,
Ses chiens s'en sont allés.

Oh ! le soir, dans la brise,
Phoebé, soeur d'Apollo,
Surprise
A l'ombre, un pied dans l'eau !

Phoebé qui, la nuit close,
Aux lèvres d'un berger
Se pose,
Comme un oiseau léger.

Lune, en notre mémoire,
De tes belles amours
L'histoire
T'embellira toujours.

Et toujours rajeunie,
Tu seras du passant
Bénie,
Pleine lune ou croissant.

T'aimera le vieux pâtre,
Seul, tandis qu'à ton front
D'albâtre
Ses dogues aboieront.

T'aimera le pilote
Dans son grand bâtiment,
Qui flotte,
Sous le clair firmament !

Et la fillette preste
Qui passe le buisson,
Pied leste,
En chantant sa chanson.

Comme un ours à la chaîne,
Toujours sous tes yeux bleus
Se traîne
L'océan montueux.

Et qu'il vente ou qu'il neige
Moi-même, chaque soir,
Que fais-je,
Venant ici m'asseoir ?

Je viens voir à la brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Peut-être quand déchante
Quelque pauvre mari,
Méchante,
De loin tu lui souris.

Dans sa douleur amère,
Quand au gendre béni
La mère
Livre la clef du nid,

Le pied dans sa pantoufle,
Voilà l'époux tout prêt
Qui souffle
Le bougeoir indiscret.

Au pudique hyménée
La vierge qui se croit
Menée,
Grelotte en son lit froid,

Mais monsieur tout en flamme
Commence à rudoyer
Madame,
Qui commence à crier.

" Ouf ! dit-il, je travaille,
Ma bonne, et ne fais rien
Qui vaille;
Tu ne te tiens pas bien. "

Et vite il se dépêche.
Mais quel démon caché
L'empêche
De commettre un péché ?

" Ah ! dit-il, prenons garde.
Quel témoin curieux
Regarde
Avec ces deux grands yeux ? "

Et c'est, dans la nuit brune,
Sur son clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

source:

Poésie Française © 1996 - 2009,

Miss_Yves a dit…

J'avais appris ce poème , en primaire, mais dans une version expurgée , bien sûr , certaines strophes sont assez coquines ...

claude a dit…

Merci Miss Yves !
Moi aussi j'ai aprris cette récitation en classe, pas toutes les strophes mais en lisant ton message, je me rappelle de celles que j'avais aprises. Merci encore.

Emiliane a dit…

Je n'ai jamais fait la relation avec la lune lors de mes insomnies .. je l'aime depuis mon enfance y voyant un visage bienveillant... Elles sont magnifiques tes photos.

Olivier a dit…

superbe poeme que miss_yves nous offre, moi je reste dans mes comptines enfantines

"
Lundi,la lune marchait dans le ciel,
Mardi tombait dans la mer,
Mercredi jouait dans les vagues,
Jeudi séchait au vent chaud,
Vendredi rencontrait le soleil,
Samedi se reposait,
Et enfin, disparaît dimanche en culotte blanche. "

Superbe photo, j'adore la premiere.

Bon Weekend et la foire cela se passe comment ?

Senghoo a dit…

how I wish I could understand whatever language you're using XD

Sandra a dit…

Le coin du garage et bien il me semble bien au soleil
Bisou

Luce a dit…

Très mal dormi aussi,
peut-être à cause de la lune? Je n'y avais jamais cru mais en lisant tous ces com ça me fait réfléchir sur cet astre et sur mes nombreuses nuits blanches.
Je ne connaissais pas cette longue ballade à la lune, je comprends que certains passages aient été censurés à l'école mais c'est très amusant;
Merci Miss Yves de me l'avoir fait connaître!

Luke Wiley a dit…

The moon and sun look great.

Marie a dit…

Ces jeux d'ombre et de lumière sont vraiment très jolis.

Merci beaucoup pour ton gentil com sur mon blog. La poupounette avait eu un genre d'attaque cérébrale quand j'ai pris la photo, et la pépette venait lui filer de l'énergie. C'était évident.

Bergson a dit…

as tu mis une chanson de Charles Trenet ce matin

Daniel a dit…

Tu es sensible a la lune!!!
Dans la mesure ou tu ne te transforme pas en Loup-garou.. Ouf!!!
La lune donne de l'inspiration à tes visiteur il me semble.
Bon W E A +

Flo a dit…

Bonjour tu as de la chance tu as du soleil

hpy a dit…

Je t'envoie plein de petits moutons à compter quand tu ne dors pas. Petits, pour qu'ils prennent moins de place, car je crois qu'il t'en fait vraiment beaucoup par clair de lune.

♥Nancy♥ a dit…

*** Coucou Claude !!! ***

Tes photos sont franchement très chouettes !!!!!

"Le soleil a rendez-vous avec la lune ..." lalaalalala.....

*** BISOUS BISOUS BISOUS ***

Thérèse a dit…

Missive a pris toute la place mais comme cela on savoure la relecture de ce beau poème.
Jeu de cache-cache entre la lune et le soleil et c'est toi l'arbitre si je comprends bien.

Lucie a dit…

Ah surprise, je croyais qu'il était rose ton ciel lorsque tu lèves les yeux en ce moment, avec ces belles feuilles... d'érable (?) que tu as mises en bandeau.
La lune est une chipie qui ne me fait aucun effet sauf de l'admirer.
Tu as raison, qu'importe les dates des messages / celles des lunaisons, le principal est de voir ces belles photos car la lune n'est pleine que toutes les fois où tu fais des insomnies.

sonia a. mascaro a dit…

Wow! Fantastic shots!

Have a nice weekend!

hpy a dit…

Je me demande si on peut faire des rillettes avec mes moutons!

Cloudia a dit…

Tres Bon!


aloha

Comfort Spiral

Solange a dit…

Tu as donc vu le rendez-vous du soleil avec la lune. Bonne fin de semaine Claude.
Merci Miss Yves pour ce poème que je ne connaissais pas.

Flo a dit…

Je t'embrasse avant de partir