x

x

vendredi, octobre 10, 2014


21 commentaires:

ELFI a dit…

choisir entre la lune et l'hibiscus.. :))) biz

Nini - a dit…

C'est souvent çà les nuits de pleine lune ....
Bisous, bon week end

Mitou la Bretonne a dit…

coucou Claude
Bienvenue au club !!
Tu n'es pas la seule !!
on devrait se réunir se serait beaucoup plus marrant !!
gros bisous et bonne journée
MITOU

Cergie a dit…

Tu es la queen de la musique des mots : "molle comme une moule" par contre tu te laisses emporter car la nuit blanche dans la nuit noire c'est pas valable en cas de pleine lune !
J'aime bien la lune rousse, comme le soleil couchant c'est une question de réfraction de la lumière. C'est pas si poétique m'enfin ça explique

Sciarada a dit…

La lune est merveilleux et la poésie de ce que j'ai pu comprendre, il semble intense, je vous embrasse chère Claude et je vous envoie un gros bisou!

Josette T a dit…

elle est belle ta pleine lune Claude
je ne me suis pas rendue compte et j'ai bien dormi !!!
j'emporte ta fleur d'hibiscus dans ma tête, elle est aux couleurs de l'une de mes associations !
bisous

Nono a dit…

Comme je te comprends,je ne dors pas les jours de pleine lune,mais je n'ai pas le courage de faire quelque chose alors je pense et repense et çà me démoli mais je n'ai pas ton talent pour écrire comme toi ce que je ressents
bon week end et bises

Brigitte a dit…

Ah les nuits de pleine lune !.. Tout le monde n'est pas sensible à son effet. Mais tu as réussi deux superbes clichés de près (hibiscus) et de loin !

Marguerite-marie a dit…

Lune sans cœur
Tu n'es jamais à l'heure
Pourquoi ce soir
Es-tu encore plus en retard
Qu'hier au soir
Lune sans cœur
N'entends-tu pas battre mon cœur

Car chaque soir
Mon amour vient me voir
Il fait le mur
Dès que tu fais le clair obscur
Il n'a pas l'heure
Lune sans coeur
Tu mets mon amour en retard

Pourtant tu fais
Juste assez d'ombre pour nous cacher
Assez de clarté
Pour nous retrouver
Nous regarder
Faut-il semer
Des vers luisants pour l'éclairer

Lune sans cœur
Jamais à la même heure
Guide à la brune
Mon amour qui est dans la lune
Croissant de lune
Éclaire le mien
Qu'il trouve vite son chemin

ainsi chantait Marie Laforêt

on peut ajouter un couplet:
"Lune sans cœur
tu es toujours à l'heure
pour empêcher
on ne peut en rire
notre claude de dormir...."

Miss_Yves a dit…

Je reprends ce qu'écrit Cergie
"Tu es la queen de la musique des mots : "molle comme une moule" par contre tu te laisses emporter car la nuit blanche dans la nuit noire c'est pas valable en cas de pleine lune !"
Normal de se laisser emporter par la musique des mots, car la musique, ce n'est pas la logique
Et ces nuits de pleine lune , ne te sens-tu pas "louve garoue"?

Ton hibiscus mérite les honneurs de ta bannière!

claude a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
claude a dit…

Je recommence.
@ Miss Yves
nuit noire c'était pour que ça rime avec mémoire.
Louve garoue, non.
Je peste, je buffle, je maudis la lune et pourtant je la trouve belle.

Tilia a dit…

Que ce soit la lune ou (dans mon cas) la ménopause, les insomnies sont bien difficiles à compenser.

Toi tu as le don de les transformer en poésie, chapeau ! ou plutôt... bonnet de nuit :-))

Je t'ai écris à ce sujet
Bises compatissantes

Anonyme a dit…

La lune orange eclipse totale de la lune etait visible ici il y a 2 jours.
Incapable de me separer de mon oreillier et lever ma tete.
Une occasion rater.Mince!

Chipie a dit…

C'est joli ce poème... Bon week-end à toi !

Olivier a dit…

ah les belles insomnies ;)) ca inspire, bravo

OX Jerry a dit…

Bonjour Claude, Quelle plume alerte !! les nuits blanches ou tu écoutes la radio (c'est bien çà !!) t'empechent de faire ton boulot , certes mais ...te permettent de nous faire voyager en rimes !

Nazzareno a dit…

Poésie pour poésie... dis-moi s'il te plaît. Bonne semaine fine

L‘Infini

Toujours chère me fut cette colline solitaire
et chère cette haie
qui refuse au regard tant de l’ultime horizon de ce monde.

Mais je m’assieds,
je laisse aller mes yeux,
je façonne, en esprit,
des espaces sans fin au delà,
d’elle, des silences aussi,
comme l’humain en nous
n’en connaît pas, et c’est une quiétude on ne peut plus profonde : un de ces instants
où peu s’en faut que le cœur ne s’effraie.

Et comme alors j’entends
le vent bruire dans ces feuillage, je compare
ce silence infini à cette voix,
et me revient l’éternel en mémoire
et les saisons défuntes,
et celle-ci qui est vivante, en sa rumeur. Immensité
En laquelle s’abîme ma pensée,
naufrage, mais qui m’est doux dans cette mer.
(Giacomo Leopardi)

Ciao Claudia et bonne fin de semaine.

Nazzareno a dit…

...petite erreur.
Ciao.

Luce a dit…

Bonsoir Claude,
Je me reconnais un peu dans ta prose détaillée, car les somnifères ne sont pas les bienvenus chez moi. Je tiens à mes neurones. Lune ou pas lune, c'est souvent nuit blanche pour moi alors je sudocuze.
Je te souhaite une bonne nuit réparatrice, bise.

Thérèse a dit…

Bon je peux t'envoyer ce que j'ai trouve sur le net hier: de l'hypnose pour s'endormir a coup sur. Je l'ai ecoute trois fois sans pouvoir aller jusqu'au bout de l'ecoute...
Par contre pour la prochaine pleine lune tu peux prevoir un emploi du temps charge pour la nuit de 21 heures a 6 heures du matin, heure par heure pour voir tout ce que tu peux achever.
Bon week-end!